Revue de presse

tanger: atelier sur le theme La piraterie maritime au large du littoral atlantique africain


La Conférence Ministérielle sur la Coopération Halieutique entre les Etats Africains riverains de l’Océan Atlantique COMHAFAT, a organisé les 18-19 Septembre 2017 à Tanger (Maroc), un atelier de réflexion sur le thème de ‘’La piraterie maritime au large du littoral atlantique africain : Ampleur et perspectives pour une lutte plus efficace’’.

L’organisation de ce Think tank se veut une contribution aux efforts de la communauté internationale pour faire des mers et des océans des espaces sécurisés, propice au développement des pays riverains et au-delà.

Ont pris part à cette manifestation des représentants des Etats membres de la COMHAFAT, de l’Union africaine, de la Commission de l’Océan Indien (COI), des organisations sous régionales africaines (CPCO, COREP), de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), des universités et des instituts de formation aux métiers de la mer, et des experts de la lutte opérationnelle contre la piraterie maritime.

Les travaux de cette réunion ont permis de mieux appréhender la piraterie maritime sur les plans juridique, économique et social, et de s’enquérir des différentes initiatives et de leur mise en œuvre dans la région. 

C’est ainsi que les participants ont été unanimes quant à l’ampleur du phénomène dans la région, particulièrement dans le Golfe de Guinée et de convenir qu’il constitue une menace sérieuse à la paix et à la stabilité des Etats et un frein au développement et au bien-être aussi bien des populations des pays riverains que celles des pays enclavés. 

Au terme des travaux de cette rencontre, les participants ont lancé un appel à l’action, dit ‘’ Appel de Tanger pour la sûreté et la sécurité des espaces maritimes en Afrique de l’Ouest’’, invitant les différents acteurs à activer l’opérationnalisation des stratégies maritimes et des mécanismes préconisés pour assurer la sûreté et la sécurité des espaces maritimes en Afrique de l’Ouest (charte de Lomé, code de conduite de Yaoundé…), tout en encourageant les partenaires internationaux à apporter leur appui aux efforts de lutte contre la piraterie maritime. 

Les participants ont aussi attiré l’attention sur la nécessité de mener une politique préventive, qui cible les causes sous-jacentes de l’insécurité maritime, selon une approche holistique, centrée à la fois sur la sécurité et la sûreté, la bonne gouvernance et le développement durable.