Actualites

Du travail décent pour les marins pêcheurs africains

Des concertations se sont ouvertes le jeudi 03 octobre à Tanger (nord du Maroc), pour garantir de meilleures conditions de travail aux acteurs de la pêche maritime en zone Comhafat.
Affluence quasi inédite : 19 pays représentés, sur 22 États membres. C’est peu de dire qu’il y a un vif engouement pour l’atelier de deux jours, organisé par la Conférence ministérielle sur la Coopération halieutique entre les États africains riverains de l’océan Atlantique(COMHAFAT). La thématique est au cœur de préoccupations basiques et quotidiennes : «Pour un accès à des emplois décents et sécurisés dans la pêche en zone COMHAFAT».
Aussi, le représentant du président en exercice de l’institution (ministre des Ressources animales et halieutiques de Côte d’Ivoire) a-t-il loué cette initiative, et exhorté les participants à en tirer des actions concrètes «pour un travail durable des pêcheurs marins africains». Dans la même veine, le délégué du ministère marocain des pêches, rappelant que le métier de marin pêcheur est l’un des plus dangereux du monde, a dit toute la disponibilité de son pays à partager son expérience dans la protection de cette catégorie de travailleurs. Ce qui passera par un échange fructueux d’expériences, dont la nécessité est réitérée par M. Abdelouahed Benabbou, Secrétaire exécutif de la Comhafat.
Accidents et maladies : une constance
Sous la modération du colonel Karim Coulibaly (Côte d’Ivoire) et les orientations du modérateur Moustapha Kebe, les premiers échanges ont planté le décor de la dangerosité du travail de pêcheur marin et de la spécificité de son statut. Une activité marquée par des accidents réguliers, en Afrique comme ailleurs, dont certaines causes principales ont été déroulées par Naji Laamrich, responsable de projets à la Comhafat : vétusté des embarcations, fatigue, stress, routine, erreurs de navigation, addictions. Tout compte fait, souligne-t-il, «le facteur humain est le plus déterminant dans la survenue des accidents et incidents de pêche marine».
C’est dire s’il faut accorder une importance particulière à l’être humain. Et la santé y joue un rôle prépondérant.
«Le travail de mer occupe le deuxième rang mondial des accidents de travail » (juste derrière le secteur bâtiments et travaux publics), a souligné avec force Dr. Tarik Ghailan, médecin des gens de mer, président de la Société marocaine de Médecine maritime. Sur la base d’enquêtes de terrains, il a égrené un chapelet de maux de santé récurrents dans ce domaine : naupathies, intoxications, infections, dermatoses, troubles digestifs, maladies cardiovasculaires, stress, maladies respiratoires, affections des os et muscles, troubles du sommeil, addictions (tabac, alcool, cannabisme), conduite ordalique (propension à prendre des risques insensés), etc. L’urgence de se pencher sur les conditions des marins pêcheurs n’est donc plus à démontrer.
André Naoussi




       Documents à télécharger
Rapport de l'atelier
- La dangerosité du travail en mer : analyse des accidents des marins pêcheurs, causes et conséquences, Mr. Laamrich (COMHAFAT)
- Le marin pêcheur, un travailleur particulier : approche en santé et sécurité au travail des gens de mer ». Dr Ghailan Tarik
- Les conditions de travail de la femme africaine dans les activités de pêche, Madame Hayat ASSARA (COMHAFAT)
- Les difficiles conditions des marins pêcheurs : regards de médias africains et étrangers, A. Naoussi (OMPDA)
La protection sociale, le travail décent et la pêche artisanale, Situation et perspectives : SADIKI Mohamed(COMHAFAT)
- Initiative des armateurs européens pour des conditions de travail décent à bord des navires de pêche, et la promotion de l’application des normes internationales de sécurité en mer, Alexandre RODRIGUEZ (LDAC)
- La situation par rapport aux conventions internationales pertinentes : adhésion et application, A. Laamrich (COMHAFAT)
- Le référentiel juridique relatif au travail dans la pêche maritime au Maroc, A. Eddamiri (DPM)
Quelles solutions pour le renforcement de la sécurité et de la protection des professionnels de la pêche en Afrique occidentale ? Modérateurs : Pr Miloud Loukili et Dr Moustapha Kebe
L’accord du CAP : Le nouvel espoir au service des marins pêcheurs, A. Laamrich (COMHAFAT)