Agenda

Lutte contre la piraterie : Quelles solutions pour une éradication des actes de piraterie maritime dans la zone COMHAFAT ?

La piraterie et l’insécurité maritimes constituent des menaces à la stabilité et à l’exercice des activités marines.

En plus de la zone dite Corne de l’Afrique, où les 1ers actes de pirateries maritimes modernes se sont manifestés, le Golfe de Guinée est l’autre partie africaine où ce fléau prolifère.

Face à ces menaces, de nombreuses initiatives d’ordre juridique et politique ont été entreprises aussi bien au niveau international que sur le plan régional.  Parmi celles-ci nous citerons le Code de Conduite de prévention et de répression de la piraterie maritime et la charte de Lomé…

Dans ce sens, la COMHAFAT a déjà organisé les 18 au 19 Septembre 2017 un atelier qui, en plus d’avoir permis d’appréhender l’ampleur et les impacts économiques et sociaux du phénomène dans la zone COMHAFAT, a formulé des recommandations visant le renforcement et l’amélioration des systèmes existants de lutte contre la piraterie maritime, notamment en termes d’amélioration d’échange d’informations, de coordination et de collaboration, de mutualisation des efforts, de financement et d’opérationnalisation des stratégies nationales et régionales.
Cependant, force est de constater que la question de l'efficacité des actions menées en vertu de ces initiatives sur le terrain, reste posée. C’est le cas notamment du Golfe de Guinée qui continue d’être le théâtre d’actes de piraterie, enregistrant même ces dernières années une augmentation alarmante de la fréquence des attaques de pirates et du niveau de violence physique à l'encontre des marins. Le Bureau Maritime International (BIM) signale dans son rapport de 2018, que le Golfe de Guinée compte 57 des 156 incidents liés à la piraterie, rapportés à l’international pendant les neufs premiers mois de 2018. Ainsi, en dépit de tous les efforts régionaux et internationaux, le plan stratégique de lutte contre la piraterie est resté inefficace.
L’aggravation du phénomène représentant désormais un risque croissant pour les États de la région, l’on est alors en droit de s’interroger sur les raisons profondes de cet échec, et de proposer des correctifs et recommandations visant une plus grande efficacité des mécanismes de lutte existant.
L’organisation du présent atelier constitue une réflexion entre les divers acteurs institutionnels impliqués dans la lutte contre la criminalité en mer, pour mieux cerner les causes de la persistance et de l’aggravation de ce fléau dans la région, en vue de prévenir et réprimer de façon efficace et durable les actes illicites perpétrés dans les espaces maritimes nationaux et au-delà.
Les participants s’interrogeront ainsi sur les raisons de l’aggravation du phénomène, par une analyse de :

  • La pertinence de l’approche adoptée jusque-là par les Etats de la région ;
  • La mise en œuvre des principales dispositions des instruments juridiques internationaux et les recommandations issues des forums dédiés à la question de la piraterie maritime ;
  • Evaluation des mesures à caractère régional en matière de lutte contre la

piraterie maritime dans la région.

Ensuite, sur la base d’un diagnostic faisant ressortir des dysfonctionnements relevés au niveau de l’identification et du traitement des causes de l’émergence et de la persistance de ce fléau, de la mise en œuvre des différentes stratégies proposées établi, ils seront appelés à proposer une approche plus appropriée, pour renforcer la sécurité maritime dans la région.
Dans le cadre de cette réflexion, une place particulière sera accordée aux Centres de Coordination du Sauvetage Maritime (MRCC) comme unique et incontournable contact des usagers de la mer avec la terre. Depuisleur désignation par l’OMI en tant que centres d’alerte de piraterie, ceux-ci constituent désormais, une pièce centrale dans le dispositif de lutte contre les actes de pirateries maritimes.
Cette rencontre sera complétée par une visite au Centre de Coordination du Sauvetage Maritime (MRCC) à Bouznika (Maroc), qui coordonne les activités de recherche et sauvetage de vies humaines dans la région nord et ouest-africaine.

Programme de l’Atelier

  • Section 1 : les raisons de l’aggravation du phénomène de la piraterie maritime dans la région
  • Approche adoptée par les Etats de la région en matière de lutte contre la piraterie
  •  Evaluation des dispositions en matière de lutte contre la piraterie maritime dans la région

 

  • Section 2 : Pour une approche appropriée du renforcement de la sécurité maritime dans la région
    • Les causes profondes de la piraterie
    • Renforcement des dispositifs nationaux
    • Stratégie de mise en œuvre des accords régionaux
    • Bonnes pratiques en la matière
  • Section 3 : Contribution du SAR dans la lutte contre la piraterie dans la région
    • Rôle apriori des centres de coordination du sauvetage maritime à travers la réception des alertes
    • Aperçu des moyens exploités par les MRCC aux fins d’assistance et d’aide à la lutte contre les actes de piraterie en mer
    • Section 4 : Vers une approche multidimensionnelle intégrée lutte contre la piraterie dans la région
    • Elaboration d’un cadre régional de prévention et de répression des actes de piraterie et des vols à main armée commis en mer
    • Renforcement de la coordination des échanges de renseignements régionaux